éditions précédentes

Les 3 premiers parcours de vie intérieure

En 2014, j’ai proposé un premier parcours de « vie intérieure » inspiré par les enseignements de Lanza del Vasto et d’Eckart Tolle, consacré à la « présence à soi, aux autres, à la nature et au sacré » sur 5 semaines.

Il s’est vécu à 3 reprises avec plus de 300 participant(e)s au total, venant de différents pays et continents.

  • Thématiques

A/ Première partie du Parcours : Préparation à l’Intériorité

  • Première semaine : « Détente et respiration »
  • Deuxième semaine : « Détente et verticalité »

B/ Deuxième partie du Parcours : les 3 Yogas

  • Troisième semaine : « La présence à soi »
  • Quatrième semaine : « La présence aux autres »
  • Cinquième semaine : « La présence à la nature et au Sacré »

Concernant la première partie, il s’agissait d’une préparation intérieure qui passe par un travail de détente du corps et du mental.

Pour Lanza del Vasto (et tant d’autres!), cette détente permet à la dimension spirituelle de notre être de prendre sa place. Lorsque le corps est tout tendu, le mental sur-agité, la paix et la joie restent enfouis, ne peuvent se déployer. La détente du corps permet d’aller vers la détente du mental, et cela libère de l’énergie et ouvre un espace pour la « présence au présent », la « pleine conscience ».

La détente passe par un double travail de respiration et d’attitudes corporelles. La respiration est une clé très importante pour de nombreuses traditions, et sociétalement nous n’avons guère d’occasions d’apprendre à respirer pleinement et consciemment pour créer un profond bien-être en soi. La détente peut aussi passer par la recherche d’adoption de postures corporelles justes, par la verticalité par laquelle le corps est bien « enraciné », déployé, non tassé et crispé mais libre, relié, ouvert, léger.

La deuxième partie du parcours était consacrée à la quête de la présence au présent et de la « reliance » aux différentes dimensions de l’être. Car la vie est bien trop courte pour la passer « à côté de soi », en perpétuel état de divertissement, en pensant sans cesse au futur ou au passé sans vivre pleinement ce que l’on a à vivre au moment présent.

Une fois le corps et le mental détendus, notre « cœur profond » peut prendre sa place, nous pouvons réellement « être », même au cœur de l’action du quotidien, dans nos relations,…

Dans l’hindouisme est proposé une vision de la quête spirituelle sous forme de trois « yogas », trois voies différentes qui se complètent et forment un tout, qu’il était proposé d’explorer à travers cette retraite:

  • « jnana yoga » (en sanskrit : « chemin de la connaissance de soi »). Quête de présence à soi, à nos émotions, notre vie intérieure, afin de rechercher la justesse dans nos actions.

  • « karma yoga » (en sanskrit : « chemin du service désintéressé »). Quête de présence aux autres, à ce qu’ils vivent, à ce qu’ils nous transmettent, en cherchant la justesse dans nos relations et nos actions envers les autres.

  • « Bakhti yoga »(en sanskrit : « chemin de la dévotion »). Quête de présence à la nature et au sacré, à la reliance avec le vivant. Pour les croyants, on pourrait dire à l’écoute du divin, de l’esprit saint, de la « terre-mère ». Pour les agnostiques et les athées, il était proposé un temps de conscience et d’expérience de notre appartenance à la nature, de reliance à la nature et au monde, de rencontre avec la dimension sacrée de la vie.

Ce premier parcours était nourri principalement de textes d’ « Approches de la Vie Intérieure » de Lanza del Vasto, et du « Pouvoir du Moment Présent » d’Eckart Tolle, deux livres qui m’inspirent énormément et sont des références importantes pour moi.

Il sera possible prochainement de commander les textes et consignes du premier parcours