Consignes

Consignes

Le bien-être que vous tirerez du parcours de vie intérieure, au delà du cadre proposé, dépendra en très grande partie de vous : de l’énergie et du temps que vous y consacrerez.

Vivre l’intériorité dans son quotidien est une belle idée mais… pas forcément facile à appliquer : la puissance des habitudes, de la routine, nos enfer-mements relationnels, nos « fonctionnements » de vie, nos aveuglements, nos distractions, etc, sont parfois très forts ! Soyons-en conscients et… faisons au mieux !!

Deux Pièges

_La culpabilité : « je m’étais engagé vis-à-vis de moi à faire les exercices de la retraite 3 fois par jour, et je les ai à peine fait 1 ou 2 fois par semaine, quel nul ! Je n’en ai pas profité pleinement, toujours cette maudite dispersion, au lieu de ça j’ai passé mon temps à … blabla… » C’est le discours du mental que nous connaissons bien. Accueillez ces pensées et laissez les partir comme elles sont venues. La réalité, c’est que vous ferez du mieux que vous pouvez à ce moment là.

_L’engagement mou : « oh bon, je voudrais au moins lire les textes chaque semaine, mais je n’y arrive pas, pas trop le temps, de toute façon cette forme ne me convient pas trop,… ».

Plusieurs personnes m’ont partagé lors des premiers parcours qu’elles n’avaient pas été au bout, qu’elles avaient lâché en cours de route. Ce n’est pas bien grave. Mais si vous voulez profiter pleinement de ce temps que vous vous offrez, il serait judicieux de vous y engager vraiment, tout en vous fixant des objectifs réalistes dans votre contexte de vie d’ici et maintenant.

Visez un niveau d’engagement qui vous parait simple à appliquer, quitte à faire davantage si cela s’avère possible. C’est toujours plus satisfaisant que de viser haut et de ne pas s’y tenir.

Je vous propose ci-dessous des consignes pour vivre le parcours de vie intérieure, avec différents niveaux d’engagements possibles. Avant le démarrage du parcours, relisez-les et prenez un temps pour discerner et noter ce à quoi vous vous engagez, comment vous le ferez, quel temps y consacrerez-vous dans la semaine et à quel moment en particulier.

Il ne s’agit pas de tout figer non plus et de vouloir tout contrôler et prévoir d’avance, mais si vous ne le faites pas un minimum, la puissance du quotidien et des « choses à faire » risque fort de vous happer et cela ne vous apportera aucun bien.

Consignes et Niveaux d’Engagements Possibles

Dimension Personnelle

A moduler en fonction de ce que vous savez de vous, de votre volonté, votre disponibilité,… Même un petit niveau d’engagement, s’il est tenu, peut vous apporter beaucoup de bien.

_ Chaque fin de semaine précédente, j’enverrai un court texte synthétique de présentation générale du thème de la semaine à venir, relatant pourquoi je l’intègre dans la retraite. Cela donnera une orientation générale à la semaine, mais ne vous en contentez pas, lisez également les autres textes, plus approfondis. A lire en début de semaine pour rentrer dedans.

_ J’enverrai aussi un ou plusieurs textes en lien avec le thème. Choisissez celui qui vous parle le plus, et relisez-le très tranquillement : plusieurs fois dans la semaine / chaque jour, en prenant le temps de goûter les mots, en vous laissant imprégner par leur sens profond, en écoutant comment cela résonne en vous. Si aucun ne vous parle et que vous en connaissez un autre, en lien avec le thème, n’hésitez pas à le choisir.

Si telle ou telle phrase vous heurte, suscite des réactions du mental, laissez les pensées vous traverser et repartir. Les textes ne sont pas là pour vous faire « réfléchir » avec votre intellect, mais pour vous aider à tenter d’incarner certaines dimensions dans votre vie quotidienne. Si ce moyen ne vous aide pas malgré plusieurs essais sincères, laissez-le de côté.

_ J’enverrai également quelques exercices pour nous aider à incarner physiquement le thème de la semaine. Vous en connaissez peut être d’autres que vous souhaiterez approfondir. N’hésitez pas non plus à les modifier et les adapter à votre réalité. Selon votre disponibilité : prenez-en un seul / plusieurs, essayez de le/les pratiquer au moins une fois par jour, le matin de préférence. Si vous pouvez, faites-les plusieurs fois par jour.

_ Pendant le parcours de vie intérieure, réservez-vous du temps pour prendre des notes sur ce que vous vivez, cela aide à prendre de la distance, mais surtout à clarifier plus nettement les intuitions, ressentis,… Au grand minimum lors du temps de fin de retraite (voir plus loin) / si possible une fois par semaine / ou même un peu chaque jour.

_ Pour vous aider à vivre pleinement ces 3 semaines, vous pouvez choisir un objet (pierre, icône,…) qui vous parle particulièrement, vous rappelle une symbolique importante pour vous, et le placer à un endroit où vous passez beaucoup de temps dans la semaine, l’emmener avec vous dans vos déplacements,… A utiliser comme un petit rappel de votre engagement dans cet effort de pleine conscience que vous avez choisi de vivre.

Vous pouvez aussi choisir une musique qui vous fait du bien, vous apaise, vous rend joyeux, et l’écouter régulièrement pendant les 5 semaines en cherchant à développer la présence dans l’écoute.

_ Je vous invite également chaleureusement à prendre un temps dans la semaine, au minimum une heure, pour marcher dans la nature, vivre un temps de silence, vous consacrer pleinement à votre quête et au thème de la semaine, faire le point,… Si c’est simple pour vous, n’hésitez pas à prendre ce temps chaque jour.

Dimension Collective

Ce parcours de vie intérieure est d’abord un temps pour soi de quête d’intériorité, mais aussi à vivre à plusieurs par une « reliance du cœur », afin de nous aider les uns les autres à le vivre intensément. Pour cela :

_ Vous aurez accès à un « trombinoscope » avec une photo et une courte présentation de chaque participant(e) pour nous aider à nous visualiser plus concrètement et à sentir un peu l’énergie qui anime chacun(e) et qui nous relie. Parcourez-le tranquillement au début, à un moment où vous serez disponible.

_ Chaque dimanche soir, entre 20h30 et 21h, je propose de nous relier par le cœur. Si possible, allez dans une pièce où vous êtes seul(e). Vous pouvez reprendre le trombinoscope si ça vous aide. Posez-vous tranquillement, laissez descendre le vécu de la journée, et quand vous êtes disponible, concentrez-vous quelques minutes sur le groupe de participants en envoyant de l’amour, de la paix, de la joie,… Un par un si vous souhaitez et pouvez prendre ce temps, ou de façon globale, comme vous préférez.

Si vous vous en sentez la disponibilité, vous pouvez également pratiquer cela un court moment chaque soir.

Le reste du temps, ne vous incitez pas trop à penser aux autres, le parcours est avant tout un temps pour soi. Si des pensées vous viennent par rapport aux autres participants pendant la journée, accueillez-les, envoyez-nous de l’amour… et recentrez-vous sur le présent de votre quotidien.

_ A la fin du parcours, je vous proposerai d’écrire quelques mots de ce que vous avez vécu et de ce que vous souhaiteriez transmettre au reste du groupe. L’écriture et la lecture de ces partages sont toujours très nourrissantes.

_ Celles/ceux qui habitent proche et le souhaitent pourront se rencontrer en fin de parcours pour un temps de partage sur leur vécu. Je proposerai des consignes pour animer ce partage. 

Rapport aux Échanges Informatiques pendant la Retraite

La finalité de ce parcours est de développer un vrai lien du cœur par notre « internet intérieur ». Aussi, je ne propose pas la création d’un « énième » groupe de discussion. La tentation serait d’y passer ses soirées (ou journées) à pianoter des mails… Cela nous rapproche-t-il de notre être profond?

Je serais disponible pour répondre à d’éventuelles questions, donner des précisions si besoin, mais je vous invite à un discernement personnel avant de me solliciter : cherchez à écouter à l’intérieur si cela « sonne juste » ou pas, si ça vient du cœur ou du mental,…

Lumière… et Ombres

J’ai entendu quelqu’un dire un jour : « quand on ne « bouge » pas, en apparence tout va bien. Mais quand on se met en chemin vers la lumière, nos ombres se réveillent et cherchent à nous tirer vers le bas ».

Choisir de vivre un tel temps d’intériorité peut parfois nous confronter à notre part d’ombre : une tristesse enfouie qui ressort, une dépression masquée par l’agitation habituelle qui fait surface,… Ne restez pas seul(e) avec ça, parlez-en à quelqu’un de confiance.

Si vous vous sentez en souffrance pendant le parcours, je vous invite également avec beaucoup de chaleur à lire la deuxième et la troisième partie du livre d’Eckart Tolle « Mettre en Pratique Le Pouvoir du Moment Présent », qui donnent de précieuses indications sur la souffrance, le lâcher prise dans les relations,… (c’est aussi à lire, relire et mettre en pratique quand tout semble aller bien!)

Si vous sentez que votre rythme de vie est trop intense et que vous souhaiteriez aller vers un rythme plus doux, plus ajusté, je vous suggère aussi très chaleureusement la lecture du livre merveilleux de Thomas d’Ansembourg : « Où fuis-je ? Où cours-tu ? A quoi servons-nous ? Vers l’Intériorité Citoyenne »

Action Juste et Sobriété Heureuse

Il s’agit d’un « parcours de vie intérieure au cœur du quotidien ». Donc du quotidien, avec tout ce que cela implique : habitudes et mode de vie, rythmes, engagements, relations,…

Mais il s’agit bien d’un temps particulier dédié plus particulièrement au travail intérieur, pour vivre son quotidien différemment: ce n’est pas nécessairement un temps pour effectuer de grands changements de mode de vie. Cependant, pour vivre pleinement ce parcours, il s’agirait de chercher l’action juste dans tous les domaines du quotidien : relations, engagements professionnels et autres, alimentation, divertissements,…

Je nous invite pour cela à adopter une attitude de « sobriété joyeuse », en privilégiant la qualité à la quantité, en cherchant à savourer l’instant, en ralentissant notre rythme de vie et en goûtant en profondeur la joie de ce choix.

Que ce temps soit fructueux pour vous !